infant nutrition formulas
Santé et nutrition

Les attentes des parents en matière d’alimentation infantile

De nombreuses publications scientifiques parues ces dernières années ont démontré l’importance des « 1000 premiers jours » dans la vie du nourrisson.  Cette période qui s’étend de la conception au deuxième anniversaire de l’enfant est cruciale, tant pour sa croissance que pour sa santé d’adulte. Le choix des parents en termes de produits d’alimentation infantile au cours de cette période ne se font donc à la légère. Des laits infantiles aux aliments de diversification, voyons quelles sont les attentes des parents en matière d’alimentation infantile.

Les principaux déterminants du marché de la nutrition infantile

Le contexte démographique

Le contexte démographique est le premier déterminant à analyser pour comprendre les évolutions du marché de la nutrition infantile. Au niveau mondial, le taux de fécondité est en décroissance depuis plusieurs décennies[1]. Selon l’ONU, le nombre moyen de naissance par femme est passé de 3,2 en 1990 à 2,5 en 2019. Et cette tendance ne semble pas prête de s’arrêter puisque ce nombre est estimé à 2,2 en 2050. Elle a, de plus, été renforcée par le « baby flop » mondial créé par la pandémie de Covid-19 : le taux de natalité a chuté, notamment en Europe du Sud où le nombre de naissances a particulièrement baissé[2]. Il existe en effet des disparités dans ces tendances démographiques, qui dépendent, entre autres, du niveau de développement des pays. En 2019, par exemple, le nombre moyen de naissances par femme au Togo était de 4,3 contre seulement 1,7 au Royaume-Uni[3].

Le contexte socio-culturel

Les évolutions du contexte socio-culturel et des habitudes alimentaires sont également des déterminants forts du marché de la nutrition infantile. La présence de la mère auprès de du nourrisson, et donc la possibilité de l’allaiter est un des facteurs clés. Elle dépend notamment de deux choses :

– Le taux d’activité des femmes, très variable d’un pays à l’autre ;

– La vitesse de retour au travail des femmes actives après la naissance du bébé.

Les évolutions sociétales laissent à penser que la tendance est à la réduction du temps d’allaitement. Cette dynamique n’est cependant pas encore une tendance globale : d’après l’OMS, 40% des enfants de moins de six mois sont encore allaités exclusivement au sein. Dernier point à prendre en compte ces prochaines années : la démocratisation du congé paternité, qui entrainera probablement des répercussions sur le marché de l’alimentation infantile.

 

Le marché mondial des formules infantiles reste en croissance

Dans ce contexte de signaux contradictoire pour le secteur, le marché mondial des formules infantiles reste en croissance. Il a été évalué à 1,76 million de tonnes en 2020 avec une croissance de 1,2% jusqu’en 2024[4].

Les attentes des parents façonnent les tendances du marché de la nutrition infantile

Laits infantiles : la priorité, répondre aux besoins nutritionnels du bébé

 

Une alimentation de qualité est primordiale pour le bon développement des tout-petits

Une alimentation de qualité est primordiale pour le bon développement des tout-petits. Les parents cherchent donc avant tout des produits répondant au mieux aux besoins nutritionnels de leur enfant. L’OMS le précise, il n’existe pas d’aliment plus adapté aux besoins spécifiques du bébé que le lait maternel[5]. Source d’énergie et de nombreux nutriments (lactose, lipides, protéines), il comprend également des composés essentiels au bon développement du système immunitaire du nourrisson comme des cellules immunitaires, des anticorps, ou encore des sucres spécifiques appelés HMO.

Ainsi, pour répondre toujours mieux aux besoins de l’enfant, les industriels continuent d’améliorer la composition de leurs formules infantiles. L’objectif est de proposer des formules infantiles dont la composition se rapproche le plus possible de celle du lait maternel : enrichissement en vitamines, en acides-gras essentiels, en HMO ou encore en protéines spécifiques dont la lactoferrine.

Aliments de diversification : le moment de se faire plaisir

L’enfant grandissant, d’autres préoccupations s’ajoutent aux exigences de qualité nutritionnelle des produits infantiles.

– Premièrement : le plaisir ! En effet, la période de diversification alimentaire est un moment déterminant pour l’éducation gustative de l’enfant. Cette période peut conditionner les futurs goûts de l’enfant. Il y a donc un véritable enjeu pour les parents de faire découvrir à leur enfant des saveurs originales pour éveiller ses papilles.

– Deuxièmement : la praticité dans la préparation et le transport. Les parents sont à la recherche de formats nomades et favorisant l’autonomie du bébé, compatibles avec la pratique de la diversification menée par l’enfant (DME).

Un défi de taille à relever pour les industriels du secteur

Un des défis principaux du secteur est d’anticiper les nouvelles attentes des parents pour leur proposer des produits innovants adaptés. Pour vous accompagner dans le développement de vos innovations, Lactalis Ingredients vous propose plusieurs ingrédients de haute qualité :

Prolacta® est une protéine soluble native de lait, dédiée aux préparations pour nourrisson et aux aliments pour bébé. Grâce à un procédé de fabrication non-dénaturant, les protéines sériques de Prolacta® conservent toutes leurs propriétés nutritionnelles et fonctionnelles. Elles sont, de plus, fabriquées en France.

– Le Lactose est un ingrédient incontournable dans les formules infantiles. A teneur en vitamine B2 garantie, il convient autant aux procédés de mélange à sec qu’en voie humide.

Optimiser la composition des produits infantiles pour répondre toujours mieux aux besoins de l’enfant tout en s’adaptant aux nouvelles tendances de consommation, voilà un défi de taille pour les industriels du secteur !

[1] United Nations, Department of Economics and Social Affairs. 2020. World Fertility and Family Plan.

[2] A.Aassve et al. 2021. Early assessment of the relationship between the COVID-19 pandemic and births in high-income countries. PNAS September 7, 2021 118 (36)

[3] La banque mondiale. 2019. Données.

[4] Global Data

[5] WHO. 2021. Infant and young child feeding

Partager sur LinkedIn